Robe pull et manteau long

Parfois mettre des mots sur ce que l’on ressent est loin d’être évident. On a tous des hauts plus ou moins haut et des bas quelques fois très bas. On ne va pas se le cacher, en parler n’est pas facile. Faire taire nos petites névroses est tellement plus facile.

Garder le sourire à la surface en disant à qui veut bien l’entendre que tout va bien et pleurer en rentrant chez soi, à l’abri dans notre cocon. Nous l’avons sans aucun doute vécu. Peut être que vous, comme moi, avez le sentiment de le vivre trop souvent ce bas un peu plus bas à chaque fois. Ce sentiment de solitude qui vous oppresse tellement. Cette sensation de ne pas savoir vers qui se tourner pour se sentir un peu moins seule. Peut être que, comme moi, vous vous réfugiez dans ce coin qui est si réconfortant et qui vous protège de la vérité. Pourtant cette vérité reste la même, que vous soyez cacher ou non. Elle reviendra vers vous et même encore plus durement que les fois précédente. Vous l’avez laissé là où elle était et plutôt que partir, elle a grandit. 

Mais avant qu’elle ne m’englobe totalement j’ai choisi de réagir. De mettre les points sur les I et de voir ce qui bloquait, ce qui pouvait me rendre si triste parfois. Je suis sortie, j’ai pris l’air, je me suis « recentrée » et j’ai vu ce que je voulais et ce que je souhaitais à tout prix éviter. Plutôt que de me laisser engloutir par mes névroses qui savent si bien quand refaire surface, j’ai choisi de les mettre dans une case et de les jeter par ma fenêtre. A 24 ans, on n’a pas besoin d’elles pour avancer. C’est déjà assez dur d’être nous-même aujourd’hui alors laissez les filer et commençons à essayer d’être nous-même. 

Manteau via GAMISS, Robe H&M, Chaussures COMPTOIR DES COTONNIERS, Sac SHE IN, Broche VINTAGE. 

Pleins de bisous,
Joséphine,
Photos: Marion

2 Comments

Say Something